Publié dans Chroniques, Gilles PARIS, Plon, Roman, Service Presse

Le vertige des falaises de Gilles Paris

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Gilles PARIS / L’éditeur : Plon / Le nombre de pages : 245 / Le prix : 16,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Sur une île sauvage et désertée, Marnie, adolescente effrontée et fragile, vit au-dessus des falaises au cœur d’une imposante maison de verre de d’acier avec sa mère Rose et sa grand-mère Olivia, qui règne sur la famille et sur l’île toute entière. Des plaines aux herbes hautes, des sentiers au bord de mer, la nature se révèle aussi cruelle que les mystères trop longtemps ensevelis. Et si une seule personne détenait tous les secrets de cette famille et s’en libérait enfin ?


L’extrait qui peut vous faire envie :

« La vie s’écoule aussi vite qu’une poignée de sable entre les doigts. Les jours ne se ressemblent pas sur l’Ile, à cause du charme que cet endroit exerce sur moi depuis que j’y suis née. »


Ce que j’en pense :

Après Papa et maman sont morts, Autobiographie d’une Courgette, Au pays des kangourous et L’Été des lucioles, Gilles Paris, l’un de mes auteurs favoris, nous offre un nouveau petit bijou : Le vertige des falaises ! La  sortie de ce nouveau roman intervient quelques mois après le véritable succès qu’a connu Ma vie de Courgette, ce film d’animation adapté d’Autobiographie d’une Courgette, roman écrit par Gilles Paris en 2002 ! Récompensé par deux César, et même sélectionné aux Oscars, ce film d’animation est une petite merveille qui confirme le grand talent que possède Gilles Paris a créer des histoires touchantes et bouleversantes ! Le vertige des falaises ne déroge pas à la règle  😉 !

Ce roman est totalement différent des précédents romans de l’auteur ! Ce coup-ci, le « narrateur » n’est plus un enfant de 9 ans… mais une adolescente de 14 ans : Marnie ! Cette jeune fille vit sur l’Ile, dans une gigantesque maison toute de verre et d’acier, avec sa mère, Rose et sa grand-mère, Olivia de Mortemer !

Marnie est une ado indépendante, forte et fragile à la fois ! Sa mère et sa grand-mère le sont également, n’ayant pas été épargnées par les épreuves qu’impose la vie ! Elles ont toutes trois fait face, mais de quels façons ? Quels secrets cachent ces femmes du haut des falaises ? Voilà le grand mystère à la « Agatha Christie » que nous offre l’auteur !

Ce roman choral (roman raconté par plusieurs narrateurs) est addictif ! Passer d’un narrateur à l’autre apporte énormément à cette histoire qui m’a passionné ! J’ai été très étonné par tant de révélations, révélations que je n’ai absolument pas vu venir !

Je me dois également de mentionner que les personnages créés par l’auteur sont plutôt complexes ! Les deux hommes de la famille de Mortemer, Luc et Aristide, le père et le grand-père de Marnie, n’ont pas hérité du beau rôle ! Géraud et Agatha, de leur côté, apporte un avis extérieur sur cette famille hors du commun, une famille aux apparences plus que trompeuses !

Avec ce nouveau roman, Gilles Paris se lance avec réussite dans un nouveau genre qui me plaît énormément  🙂 ! Un nouveau genre qu’il a maîtrisé à merveille  🙂 !

Ce vertige des falaises ne confirme qu’une chose que je savais déjà : je suis fan de Gilles Paris  🙂 ! Je ne vous recommanderais jamais assez de découvrir ses romans qui, je l’espère, vous séduirons tout autant que moi !


A lire du même auteur (mon avis en cliquant sur la couverture) :


Lu dans le cadre du challenge :

abc


Merci à Gilles Paris et à Plon pour ce beau cadeau


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publicités
Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, John BOYNE, Service Presse

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 9 juin 2016

L’auteur : John BOYNE / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 264 / Le prix : 13 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Il y a près de dix ans, John Boyne écrivait son premier et inoubliable récit pour la jeunesse : l’histoire d’un enfant vivant à l’ombre du régime nazi, Le garçon en pyjama rayé. Un roman bouleversant vendu à plus de 190 000 exemplaires en France, désormais un classique incontournable. Cette année, rencontrez un autre garçon au destin bien différent, mais tout aussi troublant : Le garçon au sommet de la montagne.

A l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Pierrot mène une vie insouciante et heureuse à Paris. Devenu orphelin, il rejoint sa tante, en Allemagne, dans une maison en haut de la montagne. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une maison ordinaire. C’est le Berghof, la résidence secondaire d’Hitler. Pierrot va découvrir un nouveau monde, fascinant et monstrueux.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Il ne pensait plus à maman autant qu’autrefois, même si son père lui apparaissait parfois en rêve, en uniforme et souvent un fusil à l’épaule. Il ne répondait plus aussi régulièrement à Anshel qui signait désormais toutes ses lettres du signe du renard – comme le lui avait suggéré Pierrot – au lieu de son nom. Chaque jour qui passait sans répondre à son ami lui donnait le sentiment coupable de le laisser tomber, mais en lisant les lettres d’Anshel et en entendant les nouvelles de Paris qui lui parvenaient, il s’aperçut qu’il était tout simplement incapble de trouver quoi lui répondre. »


Ce que j’en pense :

Le garçon au sommet de la montagne est un roman « historique » pour adolescents ! Bien que n’étant pas spécialement attirée par ce genre littéraire, je dois vous avouer que j’ai passé un très bon moment en compagnie de Pierrot, ce petit garçon que la vie n’a pas épargné !

Ayant perdu ses parents, Pierrot se retrouve contraint de séjourner quelques temps dans un orphelinat d’Orléans ! Il finit tout de même par partir vivre en Allemagne, chez sa tante Beatrix qu’il ne connaît pas encore, gouvernante au Berghof, la résidence secondaire du terrible Adolf Hitler !

A son arrivée au sommet de la montagne, où se trouve cette résidence, Pierrot est un enfant des plus banals ! Gentil et calme, il s’intègre assez facilement au Berghof ! Puis, petit à petit, et surtout à cause de cette « proximité » qu’il partage désormais avec le Führer, Pierrot change et devient de plus en plus dur ! Il n’a plus aucune pitié, s’isole et perd le peu de personnes ayant vraiment de l’intérêt pour lui !

Le garçon au sommet de la montagne est un livre très bien écrit et, bien qu’abordant un sujet douloureux, très plaisant à lire  🙂 ! J’ai été embarqué dans cette histoire du début à la fin ! J’ai même fais, tout au long de ma lecture, différentes recherches sur le net pour en savoir davantage sur les nombreux personnages qui apparaissent au fil des pages !

Cette lecture m’a permis d’apprendre énormément de choses sur cette période qu’a été la Seconde Guerre mondiale ! Je ne peux que vous la recommander ! C’est une très belle découverte  🙂 !!!


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Nat LUURTSEMA, Service Presse

Moi et les Aquaboys de Nat Luurtsema

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 26 mai 2016

L’auteur : Nat LUURTSEMA / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 313 / Le prix : 15,50 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

L’avenir de Lou Brown, quinze ans, est tout tracé. Elle suit depuis toute petite un entraînement de natation intensif, avec sa meilleure amie, Hannah. Et ce quatre cents mètres quatre nages va leur permettre de se qualifier pour les Jeux olympiques. Mais Lou rate sa course tandis que Hannah, elle, est sélectionnée. Lou fait sa première rentrée seule dans un lycée où elle ne connaît personne. L’adolescente trop grande, gauche et timide hors de l’eau affronte sa nouvelle vie avec autant de courage que d’humour. Un jour, elle retourne à la piscine. Trois garçons du lycée lui proposent un défi complètement fou… 

Un récit drôle, émouvant, touchant et humain… Nat Luurtsema trouve le ton juste pour nous faire partager les espoirs et le désarroi d’une adolescente d’aujourd’hui.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Mon équipe est tellement fière de moi qu’ils dépensent un billet de dix livres à la station-service la plus proche pour m’asperger de chips. Une heure plus tard, toutes les chips ont été mangées et mes cheveux sont salés, mais je suis heureuse. Cette audition va peut-être réellement avoir lieu. »


Ce que j’en pense :

Louise Brown n’a qu’une seule passion : la natation ! Son but : intégrer un camp d’entraînement intensif qui lui permettra de faire partie de l’équipe nationale… et donc de tenter sa chance aux Jeux olympiques  🙂 ! Alors que sa meilleure amie, Hannah, réussit son épreuve de sélection, Louise échoue à la sienne et se retrouve contrainte d’affronter toute seule ce lycée où elle n’a pas vraiment d’ami ! Après quelques jours plutôt difficiles, elle finit par se trouver un nouveau but à atteindre… un but pour le moins inattendu  😉 !

Dans ce livre, nous faisons donc connaissance avec Louise, surnommée Lou, une jeune fille attachante et très drôle ! J’ai vraiment pris plaisir à la suivre tout au long de son incroyable aventure avec les Aquaboys ! Je ne peux malheureusement vous en dire plus sur ces Aquaboys  😦 ! Je vous laisse le soin de découvrir qui ils sont et surtout… ce qu’ils font  😉 !!!

D’autres personnages apportent beaucoup à l’histoire ! Je pense notamment au papa de Lou, un papa au grand cœur mais un brin loufoque  🙂 !

Moi et les Aquaboys aborde différents thèmes qui parlent à tous : le mal-être au lycée, la pression parentale, le premier émoi amoureux, la famille « décomposée », le chômage ainsi que la téléréalité (petit indice à propos des Aquaboys) !

Moi et les Aquaboys est un livre frais, pétillant, drôle et plein de vie  🙂 ! Une lecture parfaite pour l’été qui s’annonce  😉 !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Catherine LABORDE, Chroniques, Flammarion, Roman, Service Presse

Les chagrins ont la vie dure de Catherine Laborde

Service Presse ! Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Catherine LABORDE / L’éditeur : Flammarion / Le nombre de pages : 233 / Le prix : 17 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

« C’est un  hasard merveilleux que nous nous soyons rencontrés. Ni l’enfant ni moi n’aurions pu affronter seuls, isolés, ce voyage à Bordeaux. Moi à la recherche de mon passé, lui de son futur. Et tant que nous serons dans cette ville, tant que nous ne nous serons pas réconciliés avec nous-mêmes, nous serons lui et moi tenus à ce pacte. »

Une femme se retrouve seule en compagnie d’un enfant. En fugue ? Elle décide de lui parler et de s’en occuper. Mais le veut-il ? Et elle-même, que cherche-t-elle ? Elle pense aider un enfant, mais ne serait-ce pas plutôt ce garçon qui va la pousser à s’interroger sur sa vie ? Et, le temps d’une échappée bordelaise, la replonger dans ses souvenirs pour la guérir de ses fantômes ?

Dans ce roman tendre et passionnant, Catherine Laborde brosse le portrait d’êtres singuliers et marquants, de ceux qui en traversant  nos vies y laissent une empreinte.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Qu’est-ce que je vais pouvoir raconter à la Météo ? Que je viens chercher une fille qui est ma sœur mais que j’ai jamais vue sauf sur Facebook où on voit pas bien son visage ? Où elle est brune, avec une grosse touffe sur la tête, grande, très grande avec de longues jambes, costaude comme moi quand je serai grand… et déjà, au judo, je prends qui je veux, même les plus grands, je lui dirai à ma sœur. »


Ce que j’en pense :

Qui ne connait pas Catherine Laborde, la célèbre présentatrice météo et journaliste… mais aussi romancière qui ne compte pas moins de 6 livres à son actif ? Comme beaucoup d’entre vous, je connaissais évidemment la femme « publique », celle que l’on voit très régulièrement dans notre petit écran… mais pas l’auteur  😦 ! C’est donc avec plaisir, mais aussi avec beaucoup de curiosité, je dois le dire, que j’ai pu découvrir son tout nouveau roman, Les chagrins ont la vie dure !

Malheureusement, même si le résumé mettant en avant cette rencontre entre cette femme (qui n’est autre que Catherine Laborde) et cet enfant (Paul) en partance pour Bordeaux avait tout pour me plaire et laissait présager une lecture pleine de rebondissements, je dois vous avouer que je ressors de cette lecture un petit peu déçu  😦 ! L’histoire, en elle-même, est plutôt sympathique… mais je n’y ai pas trouvé grand intérêt  😦 ! J’ai trouvé le tout un peu mou et longuet (bien que les chapitres soient courts, ce qui permet une lecture rapide et rythmée) !

Ce que j’ai aimé avant tout ? Les passages où Paul devient le narrateur  😉 ! Son innocence et sa fraîcheur amènent de la fluidité à l’ensemble !

Je ne vous recommande pas fortement ce roman, ni ne vous dis, évidemment, de passer votre chemin ! Je pense sincèrement que certains lecteurs peuvent être touché par cette histoire (pour ma part, je suis sans doute passée à côté) ! C’est pourquoi je vous invite à vous faire votre propre opinion  😉 !


Logo FlammarionMerci à Gilles Paris et à Flammarion pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, La Martinière Jeunesse, Maïa BRAMI, Service Presse

Même les stars aiment les sardines à l’huile de Maïa Brami

124602_couverture_Hres_0

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Maïa BRAMI / L’éditeur : La Martinière Jeunesse / Le nombre de pages : 224 / Le prix : 12,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Alors que ses copines sont en vacances, Douce fait un stage dans le magazine féminin d’une amie de sa mère. Hélas ! L’ambiance est désastreuse. Chargée de rédiger les psycho-tests que les journalistes méprisent, Douce a du mal à trouver sa place. Alors quand, par hasard, elle rencontre Amira, sa chanteuse préférée, Douce saisit sa chance. Si elle réussit à décrocher une interview exclusive, peut-être parviendra-t-elle enfin à être reconnue ?


 L’extrait qui peut vous faire envie :

« J’arrive au magazine en avance, sandales compensées aux pieds, inconfortables mais nécessaires pour affronter Miss queue-de-cheval, jean gris de ma mère – qui me va beaucoup mieux  qu’à elle -, débardeur noir pour ne risquer aucune fuite au niveau des aisselles, cheveux attachés en chignon haut surmonté d’une fleur pailletée retrouvée dans ma boîte à élastiques, que je n’aurais jamais osé ressortir sans l’avoir trouvé cool sur la tête de la Hippie chic. Dans cette tenue, je suis infaillible. »


Ce que j’en pense :

Après avoir lu et apprécié Les princes charmants n’existent pas, c’est avec plaisir que j’ai découvert Même les stars aiment les sardines à l’huile de Maïa Brami 🙂 ! En effet, comment peut-on résister au titre de ce livre ? Et surtout, que dire de la couverture… si ce n’est que ce jaune flashy y apporte beaucoup de peps  🙂 ! Une couverture que je trouve très sobre et élégante et qui ne nous donne qu’une envie : se plonger dans cette histoire qui s’annonce, rien qu’en lisant la quatrième de couverture, très pétillante  🙂 !

Même les stars aiment les sardines à l’huile raconte donc l’histoire de Douce Blanc, adolescente qui, au lieu de partir s’éclater en vacances, doit faire un stage d’été dans le magazine féminin d’une amie de sa mère ! Son arrivée au sein de l’équipe (composée de la Garçonne, de la Fashion, de la BCBG, de la Hippie Chic, de la Beauty addict et de Miss queue-de-cheval) lui permet de prendre en charge la rubrique Psycho-test du magazine ! Voilà donc que Douce se met à créer des tests qu’elle partage ensuite sur son blog : le blog d’une douce dingue  😉 ! Car oui, Douce tient un blog… ce qui permet aux lecteurs de faire les tests  😉 ! Un gros plus pour moi qui, je ne vous le cache pas, adore faire ce genre de tests lors de mes vacances d’été  🙂 !

Lors de ce stage, qui réserve à Douce pas mal de surprises, bonnes ou mauvaises, elle tombe nez à nez avec Amira, sa chanteuse préférée 🙂 ! Commence alors pour elle une aventure incroyable où Douce s’avère être  est la fille de toutes les situations  😉 !

Même les stars aiment les sardines à l’huile est une lecture fraîche, acidulée et pétillante (promesse tenue) ! Certains passages sont attendrissants, d’autres plutôt amusants  🙂 ! Vraiment parfait pour passer un excellent moment de détente  🙂 ! Un livre à lire les doigts de pieds en éventail  🙂 !


A lire du même auteur (mon avis en cliquant sur la couverture) :

CVT_Les-princes-charmants-nexistent-pas_193


11073993_10153175057943567_8201153434708702732_oMerci à Maïa Brami pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Matthew CROW, Service Presse

Sans prévenir de Matthew Crow

Sans-prevenir-La-Voix-du-Livre

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Matthew CROW / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 320 / Le prix : 11,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Vous avez aimé Nos étoiles contraires ? Vous serez ébloui par cette nouvelle histoire d’amour poignante.

A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère. Lorsqu’on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l’horreur d’être retardé d’une année au lycée, la menace d’une calvitie imminente, la nécessité de retrouver sa plus belle chemise au cas où une pop star lui rendrait visite pour une photo… Mais il n’imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Le premier jour, ma mère est restée aussi longtemps qu’elle le pouvait. Elle n’arrêtait pas de remettre en ordre les livres et les photos que j’avais alignés symétriquement sur le placard bas qui servait de table de nuit, et je lui ai demandé d’arrêter. Il y avait une méthode dans mes rangements. »


Ce que j’en pense :

La quatrième de couverture de Sans prévenir (que vous pouvez lire ci-dessus) mentionne que, si vous avez aimé Nos étoiles contraires (ce qui est mon cas), « vous serez ébloui par cette nouvelle histoire d’amour poignante » ! « Ebloui » est un bien grand mot malheureusement  😦 ! J’ai apprécié ma lecture… mais vraiment sans plus  😦 !

Tout d’abord, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux différents personnages (j’ai trouvé Francis un peu prétentieux) !

Ensuite, j’ai eu du mal à situer certaines actions dans le temps ! En effet, certains passages me sont apparus un peu flous !

Dernièrement, et même si la lecture de ce livre m’est apparu sympathique, je n’y ai pas trouvé grand intérêt  😦 ! Le thème abordé aurait dû m’émouvoir… Et bien non  😦 ! La fin, et en particulier les six dernières lignes, relèvent néanmoins un peu le tout et apportent cette touche d’émotion qui manque cruellement dans ce genre d’histoire !

Que dire de plus ? Et bien je ne sais pas  😦 ! Cette lecture ne restera malheureusement pas longtemps dans ma mémoire  😦 ! Je vous conseille néanmoins de le lire, ne serait-ce que pour vous faire votre propre avis !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie