Publié dans Chroniques, Collection R, Rory POWER

Wilder Girls de Rory Power

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Rory POWER / L’éditeur : Robert Laffont / Le nombre de pages : 439 / Le prix : 17,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île de Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis en quarantaine. D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueuses stigmates dans leur chair. Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis. Hetty et ses deux meilleurs amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout…


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Il y a quatre caisses en tout. La première est pleine de kits de premiers secours, des sacs de matériel de protection anticontamination, des ces masques que les médecins mettent devant leur bouche. On en vire environ la moitié et on prend le reste. »


Ce que j’en pense :

Le résumé de Wilder Girls, premier roman de l’américaine Rory Power, m’a de suite tapé dans l’œil ! Pourtant, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt mitigé !

L’île de Raxter abrite un pensionnat frappé, depuis 18 mois, par un mal inconnu, la Tox ! Personne n’y échappe ! Professeurs, pensionnaires… Tous en grande souffrance et en attente d’un traitement qui tarde à venir malgré les promesses ! Hetty, Byatt et Reese ne perdent pourtant pas espoir !

Si j’ai trouvé l’intrigue de Wilder Girls originale et plutôt captivante, j’ai eu beaucoup plus de mal à m’adapter au style d’écriture de Rory Power ! A mon sens, beaucoup trop d’incohérences et de flash-backs qui se mêlent au présent et qui, de temps en temps, m’ont perdu dans la compréhension du déroulement de l’histoire ! Le roman est divisé en différentes parties : des parties mettant en scène Hetty et d’autres Byatt ! Si les parties concernant Hetty sont écrites « normalement », celles de Byatt sont particulières ! Byatt est dans les vapes, certes, et c’est sûrement ce qui justifie ce style d’écriture, mais, pour moi, cela est sans grand intérêt et m’a coupé dans mon élan ! Je me suis demandée plusieurs fois où voulait en venir l’auteur !

Bien que dubitative, j’ai tout de même persévéré dans ma lecture pour y découvrir une fin ouverte qui laisse présager une suite ! En ai-je réellement envie ? Oui et non ! Non si l’auteur persiste dans cette façon d’écrire… et oui car ce roman n’amène finalement aucune réponse aux nombreuses questions que je me pose concernant cette Tox !

Je ne peux ni vous conseiller, ni vous la déconseiller cette lecture ! Le mieux est de vous faire votre propre avis 😉 !


Et n’oubliez pas…


Littérairement vôtre

Stéphanie