Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Jessica BRODI

Une semaine, 7 lundis de Jessica Brody

brody_1semaine7lundis_A58245.indd

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Jessica BRODY / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 482 / Le prix : 19,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Moi, Ellie Spark, j’ai survécu au pire lundi de tous les temps.

Une journée HO-RRI-BLE, qui n’a été qu’une succession d’évènements catastrophiques, du type : 1 recevoir au réveil un texto de son petit copain qui dit : « Il faut qu’on parle » (formule qui est, soyons honnête, le signal universel d’un désastre imminent) 2 oublier son parapluie et se retrouver avec une tête de rat mouillé sur la photo de classe 3 avoir les lèvres qui gonflent en plein discours à cause d’une stupide allergie aux amandes. Alors, quand j’ai découvert, le lendemain, que j’avais une chance de tout recommencer, j’ai béni les dieux, sauté dans mes vêtements et je me suis précipitée au lycée, avec un seul but en tête : rattraper mes erreurs et reconquérir le cœur du garçon de mes rêves. Parce qu’on a parfois besoin d’une semaine entière de lundis pour comprendre ce que l’on veut vraiment !


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Je ne peux pas. Je ne peux pas revivre tout ça une fois de plus. Ni continuer à essayer d’arranger les choses avec Tristan pour que mes efforts soient effacés le lendemain matin. C’est comme si je courais sur un tapis de course. Tu cours et cours et cours, mais à la fin, tu n’es allée nulle part. A quoi ça sert, bon sang ? »


Ce que j’en pense :

Une semaine, 7 lundis est un petit pavé de 482 pages que j’appréhendais un peu de lire (de par son épaisseur) ! Je me suis tout de même lancée… et je dois dire que j’ai passé un bon moment en compagnie de Tristan, d’Owen et d’Ellie !

Cette dernière est une adolescente plutôt discrète, en couple avec Tristan, la « rock-star » du lycée ! Leur rendez-vous à la fête foraine (un lundi soir) ne se passe absolument pas comme l’avait prévu et espéré Ellison ! Elle fait alors un souhait : celui de tout recommencer à zéro afin d’avoir une seconde chance ! Par le plus grand des hasards (c’est peu de le dire), son vœu se réalise ! Elle a alors six lundis supplémentaires (plus qu’elle ne l’espérait) pour essayer d’arranger les choses ! Y parviendra-t-elle ?

Une semaine, 7 lundis est divisé en 7 parties, une pour chaque lundi ! Les trois premiers lundis sont plutôt répétitifs et amènent un peu de lenteur à l’histoire ! A partir du quatrième lundi, tout s’active ! On a alors vite envie de tourner les pages pour avoir le fin mot de toute cette histoire (fin mot que j’ai malheureusement deviné dès le début) !

Une semaine, 7 lundis est un livre sympathique, rafraichissant et sans prise de tête… mais un peu trop prévisible à mon goût ! C’est un peu dommage !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publicités
Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Ruta SEPETYS

Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys

Service Presse ! Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Ruta SEPETYS / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 496 / Le prix : 16,50 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées. Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Inspirée par la plus grande tragédie de l’histoire maritime, Ruta Sepetys lève le voile sur une catastrophe scandaleusement occultée de la Seconde Guerre mondiale, qui a fait au moins six fois plus de victimes que le Titanic en 1912.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Je hais ce navire. De l’acier, sans vie, et qui sonne creux à l’intérieur. Je préférerais être dans une petite embarcation en bois taillée dans un vieil arbre ou même dans une coquille de noix. Je déteste les oiseaux en acier ; je déteste les bateaux en acier. Ces bateaux-là, stériles, ne sont pas faits pour apprécier la mer. Ce sont des vaisseaux de guerre. »


Ce que j’en pense :

Après avoir lu et adoré Big Easy, j’ai été ravie de recevoir, et ce en avant-première, le nouveau roman de Ruta Sepetys : Le sel de nos larmes (sorti le 16 juin) ! Je me suis donc lancée dans la lecture de ce roman historique après avoir terminé Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne, un autre roman historique, bien que ce ne soit pas mon genre littéraire ! Si le livre de Boyne a été une belle découverte livresque, celui de Sepetys est un coup de coeur  ❤ ! Les romans historiques seraient-ils, finalement, faits pour moi ? Allez donc savoir  😉 !

Avec Le sel de nos larmes, Ruta Sepety « lève le voile sur la plus grande tragédie maritime de tous les temps » : le naufrage du Wilhelm Gustloff navire torpillé par un sous-marin soviétique le 30 janvier 1945, en pleine Seconde Guerre mondiale ! Ce roman, richement documenté (en effet, Ruta Sepetys a fait un très beau travail de recherche), m’a permis d’être enfin informée de cette terrible catastrophe qui a fait nettement plus de morts que le tristement célèbre naufrage du Titanic en 1912  😦 !

Le sel de nos larmes est un roman où se côtoient quatre narrateurs : Joana, Florian, Emilia et Alfred ! Chacun né dans un pays différents… mais ayant le même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff pour tenter de fuir cette guerre qui leur a tout pris ! Ces quatre adolescents, qui vont s’unir par la force des choses, vont vivre un périple très difficile, frôlant la mort à plusieurs reprises !

Comment ne pas s’attacher à Joana, Emilia et Florian ? Et surtout, comment ne pas s’attendrir pour Klaus, Le Petit Garçon Perdu ? Le sel de nos larmes est riche en personnages secondaires : je pense notamment à Ingrid, au Poète Cordonnier et à Eva ! C’est un réel plaisir de suivre ce petit groupe tout au long de ces 496 pages qui se tournent avec grand plaisir  🙂 ! Mais Le sel de nos larmes, c’est aussi Alfred, l’un des narrateurs, que j’ai trouvé détestable au plus haut point ! Grâce à tous ces personnages, ce livre nous fait passer par différentes émotions ! Car Le sel de nos larmes, c’est aussi : la peur, la mort, l’amour, l’amitié, la guerre, l’espoir… et tant d’autres choses !

Vous l’aurez compris, je vous recommande très fortement de lire ce nouveau roman de Ruta Sepetys ! C’est un petit bijou  🙂 ! Un beau coup de coeur  ❤ !


A lire du même auteur (mon avis en cliquant sur la couverture) :

Big easy


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, John BOYNE, Service Presse

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 9 juin 2016

L’auteur : John BOYNE / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 264 / Le prix : 13 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Il y a près de dix ans, John Boyne écrivait son premier et inoubliable récit pour la jeunesse : l’histoire d’un enfant vivant à l’ombre du régime nazi, Le garçon en pyjama rayé. Un roman bouleversant vendu à plus de 190 000 exemplaires en France, désormais un classique incontournable. Cette année, rencontrez un autre garçon au destin bien différent, mais tout aussi troublant : Le garçon au sommet de la montagne.

A l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Pierrot mène une vie insouciante et heureuse à Paris. Devenu orphelin, il rejoint sa tante, en Allemagne, dans une maison en haut de la montagne. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une maison ordinaire. C’est le Berghof, la résidence secondaire d’Hitler. Pierrot va découvrir un nouveau monde, fascinant et monstrueux.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Il ne pensait plus à maman autant qu’autrefois, même si son père lui apparaissait parfois en rêve, en uniforme et souvent un fusil à l’épaule. Il ne répondait plus aussi régulièrement à Anshel qui signait désormais toutes ses lettres du signe du renard – comme le lui avait suggéré Pierrot – au lieu de son nom. Chaque jour qui passait sans répondre à son ami lui donnait le sentiment coupable de le laisser tomber, mais en lisant les lettres d’Anshel et en entendant les nouvelles de Paris qui lui parvenaient, il s’aperçut qu’il était tout simplement incapble de trouver quoi lui répondre. »


Ce que j’en pense :

Le garçon au sommet de la montagne est un roman « historique » pour adolescents ! Bien que n’étant pas spécialement attirée par ce genre littéraire, je dois vous avouer que j’ai passé un très bon moment en compagnie de Pierrot, ce petit garçon que la vie n’a pas épargné !

Ayant perdu ses parents, Pierrot se retrouve contraint de séjourner quelques temps dans un orphelinat d’Orléans ! Il finit tout de même par partir vivre en Allemagne, chez sa tante Beatrix qu’il ne connaît pas encore, gouvernante au Berghof, la résidence secondaire du terrible Adolf Hitler !

A son arrivée au sommet de la montagne, où se trouve cette résidence, Pierrot est un enfant des plus banals ! Gentil et calme, il s’intègre assez facilement au Berghof ! Puis, petit à petit, et surtout à cause de cette « proximité » qu’il partage désormais avec le Führer, Pierrot change et devient de plus en plus dur ! Il n’a plus aucune pitié, s’isole et perd le peu de personnes ayant vraiment de l’intérêt pour lui !

Le garçon au sommet de la montagne est un livre très bien écrit et, bien qu’abordant un sujet douloureux, très plaisant à lire  🙂 ! J’ai été embarqué dans cette histoire du début à la fin ! J’ai même fais, tout au long de ma lecture, différentes recherches sur le net pour en savoir davantage sur les nombreux personnages qui apparaissent au fil des pages !

Cette lecture m’a permis d’apprendre énormément de choses sur cette période qu’a été la Seconde Guerre mondiale ! Je ne peux que vous la recommander ! C’est une très belle découverte  🙂 !!!


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Nat LUURTSEMA, Service Presse

Moi et les Aquaboys de Nat Luurtsema

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 26 mai 2016

L’auteur : Nat LUURTSEMA / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 313 / Le prix : 15,50 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

L’avenir de Lou Brown, quinze ans, est tout tracé. Elle suit depuis toute petite un entraînement de natation intensif, avec sa meilleure amie, Hannah. Et ce quatre cents mètres quatre nages va leur permettre de se qualifier pour les Jeux olympiques. Mais Lou rate sa course tandis que Hannah, elle, est sélectionnée. Lou fait sa première rentrée seule dans un lycée où elle ne connaît personne. L’adolescente trop grande, gauche et timide hors de l’eau affronte sa nouvelle vie avec autant de courage que d’humour. Un jour, elle retourne à la piscine. Trois garçons du lycée lui proposent un défi complètement fou… 

Un récit drôle, émouvant, touchant et humain… Nat Luurtsema trouve le ton juste pour nous faire partager les espoirs et le désarroi d’une adolescente d’aujourd’hui.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Mon équipe est tellement fière de moi qu’ils dépensent un billet de dix livres à la station-service la plus proche pour m’asperger de chips. Une heure plus tard, toutes les chips ont été mangées et mes cheveux sont salés, mais je suis heureuse. Cette audition va peut-être réellement avoir lieu. »


Ce que j’en pense :

Louise Brown n’a qu’une seule passion : la natation ! Son but : intégrer un camp d’entraînement intensif qui lui permettra de faire partie de l’équipe nationale… et donc de tenter sa chance aux Jeux olympiques  🙂 ! Alors que sa meilleure amie, Hannah, réussit son épreuve de sélection, Louise échoue à la sienne et se retrouve contrainte d’affronter toute seule ce lycée où elle n’a pas vraiment d’ami ! Après quelques jours plutôt difficiles, elle finit par se trouver un nouveau but à atteindre… un but pour le moins inattendu  😉 !

Dans ce livre, nous faisons donc connaissance avec Louise, surnommée Lou, une jeune fille attachante et très drôle ! J’ai vraiment pris plaisir à la suivre tout au long de son incroyable aventure avec les Aquaboys ! Je ne peux malheureusement vous en dire plus sur ces Aquaboys  😦 ! Je vous laisse le soin de découvrir qui ils sont et surtout… ce qu’ils font  😉 !!!

D’autres personnages apportent beaucoup à l’histoire ! Je pense notamment au papa de Lou, un papa au grand cœur mais un brin loufoque  🙂 !

Moi et les Aquaboys aborde différents thèmes qui parlent à tous : le mal-être au lycée, la pression parentale, le premier émoi amoureux, la famille « décomposée », le chômage ainsi que la téléréalité (petit indice à propos des Aquaboys) !

Moi et les Aquaboys est un livre frais, pétillant, drôle et plein de vie  🙂 ! Une lecture parfaite pour l’été qui s’annonce  😉 !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Matthew CROW, Service Presse

Sans prévenir de Matthew Crow

Sans-prevenir-La-Voix-du-Livre

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Matthew CROW / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 320 / Le prix : 11,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Vous avez aimé Nos étoiles contraires ? Vous serez ébloui par cette nouvelle histoire d’amour poignante.

A quinze ans, Francis Wootton est passionné de vieux films, de musique rock et de lectures romantiques. Mais avant tout, il ne se prend pas au sérieux. Pas plus que les excentricités de sa mère et la désinvolture de son adulte de frère. Lorsqu’on lui diagnostique une leucémie, ses priorités changent. Il y a l’horreur d’être retardé d’une année au lycée, la menace d’une calvitie imminente, la nécessité de retrouver sa plus belle chemise au cas où une pop star lui rendrait visite pour une photo… Mais il n’imaginait pas rencontrer Ambre, son caractère de chien, son humour féroce, sa vulnérabilité désarmante et irrésistible.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Le premier jour, ma mère est restée aussi longtemps qu’elle le pouvait. Elle n’arrêtait pas de remettre en ordre les livres et les photos que j’avais alignés symétriquement sur le placard bas qui servait de table de nuit, et je lui ai demandé d’arrêter. Il y avait une méthode dans mes rangements. »


Ce que j’en pense :

La quatrième de couverture de Sans prévenir (que vous pouvez lire ci-dessus) mentionne que, si vous avez aimé Nos étoiles contraires (ce qui est mon cas), « vous serez ébloui par cette nouvelle histoire d’amour poignante » ! « Ebloui » est un bien grand mot malheureusement  😦 ! J’ai apprécié ma lecture… mais vraiment sans plus  😦 !

Tout d’abord, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux différents personnages (j’ai trouvé Francis un peu prétentieux) !

Ensuite, j’ai eu du mal à situer certaines actions dans le temps ! En effet, certains passages me sont apparus un peu flous !

Dernièrement, et même si la lecture de ce livre m’est apparu sympathique, je n’y ai pas trouvé grand intérêt  😦 ! Le thème abordé aurait dû m’émouvoir… Et bien non  😦 ! La fin, et en particulier les six dernières lignes, relèvent néanmoins un peu le tout et apportent cette touche d’émotion qui manque cruellement dans ce genre d’histoire !

Que dire de plus ? Et bien je ne sais pas  😦 ! Cette lecture ne restera malheureusement pas longtemps dans ma mémoire  😦 ! Je vous conseille néanmoins de le lire, ne serait-ce que pour vous faire votre propre avis !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, John GREEN

Qui es-tu Alaska ? de John Green

CVT_Qui-es-tu-Alaska-_5671

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : John GREEN / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 368 / Le prix : 15 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

La vie de Miles Halter n’a été jusqu’à maintenant qu’une sorte de non-événement. Décidé à vivre enfin, il quitte le cocon familial pour partir dans un pensionnat loin de chez lui. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young. 


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Allongé dans l’herbe immobile, sous le ciel ivre d’étoiles, écoutant le rythme tout juste perceptible de sa respiration et le silence bruissant de grenouilles, de sauterelles, de voitures fonçant au loin sans répit, sur la I-65, j’ai pensé que le moment était peut-être idéal pour prononcer les deux mots magiques. »


Ce que j’en pense :

Ayant vraiment beaucoup aimé Nos étoiles contraires, je suis ravie d’avoir pu découvrir, en début d’année, Qui es-tu Alaska ? ! Aussitôt reçu à Noël, aussitôt lu  🙂 ! Je me suis jetée dessus, et je peux vous dire que je ne regrette absolument pas  😉 !

Ayant envie de changement, Miles Halter décide de partir étudier dans le pensionnat où son père étudiait étant jeune ! Là-bas, il partage sa chambre avec Chip Martin, dit Le Colonel, et fait connaissance avec Takumi, Lara… et Alaska ! Alaska Young, jeune fille tourmentée mais pleine d’énergie, l’attire de suite ! Oui mais voilà ! Alaska est prise… et ses sautes d’humeur permanentes agacent franchement Miles qui ne la comprend pas toujours ! Cependant, une belle amitié unit Miles, dit Le Gros, au Colonel, à Takumi, à Lara et à Alaska ! Ne vivant pratiquement plus que pour l’alcool, les clopes et les conneries, leurs vies basculent le jour où…

un événement tragique survient ! Un événement que je n’ai pas vu venir et que deux mots peuvent qualifier : terriblement bouleversant ! Une nouvelle intrigue pointe alors le bout de son nez !

Avec Qui es-tu Alaska ?, John Green nous offre ici une très belle histoire d’amitié… amitié quoique légèrement destructrice ! Une histoire qui peut faire sourire… avant de faire pleurer ! Une histoire sur les malaises adolescents, sur les premiers coups de cœur, sur les premières découvertes… sur les premières grandes peines !

Qui est-tu Alaska est un livre qu’il faut lire… ou faire lire autour de soi ! Pour ma part, j’ai été heureuse qu’il soit ma première lecture de 2015 ! Mon année livresque a ainsi très bien commencé !


A lire du même auteur (mon avis en cliquant sur la couverture) :

9782092543030-copie-1


Littérairement vôtre

Stéphanie