Publié dans Chroniques, Pocket Jeunesse, Stéphane MICHAKA

Cité 19 (Tome 1) : Ville noire de Stéphane Michaka

Livre emprunté à la bibliothéque ! Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Stéphane MICHAKA / L’éditeur : Pocket Jeunesse / Le nombre de pages : 349 / Le prix : 16,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l’a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifier le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu’il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d’un inquiétant personnage. Elle suit l’homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille… 150 ans plus tôt ! Pour Faustine, c’est le début d’une série d’aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l’Histoire.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Sa première nuit, Faustine la passa dans un dortoir de cousettes. C’était en haut d’un immeuble de la rue des Cartonnages. Manon y partageait le gîte avec vingt couturières. Un lit était vacant depuis peu. On le donna à Faustine. Elle découvrit alors les us et coutumes du peuple des cousettes. Elle avait l’impression d’être une petite souris dans les coulisses de la confection et de la mode. Il y avait les brodeuses, les finisseuses et les retoucheuses. Si elles n’utilisaient pas les mêmes instruments, toutes suaient sang et eau pour un maigre salaire. »


Ce que j’en pense :

Quand j’ai installé Ville noire sur son étagère à la bibliothèque où je suis bénévole, j’ai de suite été intrigué ! Il me le fallait  😉 ! Je me suis donc inscrite à la bibliothèque pour pouvoir l’emprunter  🙂 ! Je ne regrette absolument pas et compte bien emprunter le tome 2, Zone blanche, cette semaine, le premier m’ayant fait passer un très bon moment !

Ville noire met en scène Faustine, une jeune fille « atypique » passionnée d’Histoire, et en particulier par le Paris du XIXe siècle ! Abandonnée par sa mère, elle doit faire face, seule, au décès de son père ! Faustine a cependant un énorme doute quant à l’identité du cadavre qu’elle a du identifier à la morgue ! Pour elle, son père n’est pas mort ! Elle se lance donc à sa recherche… et se retrouve propulsée 150 ans… plus tôt ! Le réveil est difficile et très perturbant pour la jeune femme ! Mais c’est aussi  le début d’une incroyable aventure… sans répit pour les lecteurs  🙂 !

Le gros point fort de cette lecture est pour moi, et c’est indéniable, le mélange des genres ! En effet, Ville noire est un premier tome mêlant à merveille thriller, Histoire et science-fiction ! Un mélange détonnant pour une histoire qui m’a tenu en haleine du début à la fin  🙂 ! Et je peux vous dire que cette fin, justement, laisse présager une suite tout aussi palpitante  😉 !

Autre gros point fort : les personnages ! J’ai de suite été charmé par Faustine ! Un personnage plutôt complexe qui, je pense, risque encore de me surprendre et de m’étonner par le suite ! Je tiens également à mentionner Lucie, que j’espère pouvoir découvrir davantage lors de ma lecture du tome 2  🙂 !

Vous l’avez compris, ce premier tome est une réussite ! Une très belle découverte ! A découvrir  🙂 !


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publicités
Publié dans Amy Reed, Chroniques, Mosaïc

Invincible d’Amy Reed

MOB_INVINCIBLE_COUV.indd

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Amy REED / L’éditeur : Mosaïc / Le nombre de pages : 314 / Le prix : 13,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Je ne vous apprends rien : l’hôpital, ça craint. Surtout quand on pense qu’on va mourir et qu’on voit les autres qui ont toute la vie devant eux. Alors vous allez me trouver sacrément ingrate si je vous dis que finalement, la maladie ne m’a pas eue, que je suis bien vivante, et que pourtant je suis sonnée. A terre. Agressive. En colère. Parce que je n’avais pas prévu ça. VIVRE. Parce que tout le monde attend de moi que je sois heureuse. Ce que je suis ? Une fille qui cherche sa route. Et le seul qui me prend telle que je suis, c’est Marcus…


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Je me sens tout à coup agitée par un sentiment inconnu, violent, qui me donne la sensation que je pourrais soulever des montagnes. C’est de la colère, de la rage, une révolte froide qui coule dans mes veines, vive et aiguë comme une drogue. Je comprends à présent pourquoi certains ont besoin de se révolter pour se sentir exister et je pense à cette chanteuse que Stella aime tant. Stella a raison, le sentiment d’injustice et la colère qui en découle vous rendent plus fort. »


Ce que j’en pense :

Comme mentionné plus haut, Invincible aborde un sujet très sensible et douloureux : la maladie (le cancer plus précisément) ! Je me dois donc de vous avertir : cette lecture n’est peut-être pas faite pour vous ! A vous de voir !

Pour ma part, j’ai tout d’abord succombé à cette couverture que je trouve vraiment très poétique ! Tout en sobriété et en élégance  🙂 ! Le résumé, quant à lui, m’intriguait beaucoup ! Je ressors de cette lecture à la fois conquise et indécise ! Si j’ai aimé l’ensemble, je dois vous avouer qu’Evie, le personnage principal, m’a peu à peu terriblement agacé ! J’ai sincèrement eu envie de la secouer et de lui donner quelques gifles pour la remettre dans le droit chemin  😦 !

Evie est une adolescente malade, très malade, en phase terminale ! Alors qu’elle n’a plus que quelques jours à vivre, un miracle se produit : Evie est guérie ! Contrairement à Stella et Caleb, ses deux amis rencontrés lors de ses nombreux séjours à l’hôpital, Evie peut rentrer chez elle et reprendre le cours de sa vie ! Oui mais voilà… Suite à cette terrible maladie, Evie n’est plus vraiment la même et peine à retrouver sa place d’avant au sein de sa famille et de ses amis ! Elle sombre, n’a plus goût à rien… jusqu’à sa rencontre avec Marcus ! Pour elle, il est le seul à la comprendre, à la prendre telle qu’elle est ! Invincible retrace donc la descente aux enfers d’Evie ! Et c’est cette Evie qui m’a tapé sur les nerfs !

En plus d’Evie, nous faisons connaissance avec Caleb et Stella, les deux seuls personnages qui m’ont à peu près charmé ! Will et Kasey sont, quant à eux, plutôt « transparents » ! J’ai vraiment eu du mal à m’attacher à un des personnages  😦 !

Invincible est un livre touchant et bouleversant qui m’a laissé sur ma faim ! Je ne sais pas ce qu’il advient d’Evie à la fin… et ça me gêne énormément ! Je lirais donc la suite avec grande curiosité ! Malheureusement, je ne peux vous dire si j’ai vraiment aimé ce livre ! Je ne sais pas quoi en penser ! Il me laisse perplexe ! J’ai pris plaisir à le lire mais est-ce suffisant ?


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Ruta SEPETYS

Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys

Service Presse ! Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Ruta SEPETYS / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 496 / Le prix : 16,50 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées. Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Inspirée par la plus grande tragédie de l’histoire maritime, Ruta Sepetys lève le voile sur une catastrophe scandaleusement occultée de la Seconde Guerre mondiale, qui a fait au moins six fois plus de victimes que le Titanic en 1912.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Je hais ce navire. De l’acier, sans vie, et qui sonne creux à l’intérieur. Je préférerais être dans une petite embarcation en bois taillée dans un vieil arbre ou même dans une coquille de noix. Je déteste les oiseaux en acier ; je déteste les bateaux en acier. Ces bateaux-là, stériles, ne sont pas faits pour apprécier la mer. Ce sont des vaisseaux de guerre. »


Ce que j’en pense :

Après avoir lu et adoré Big Easy, j’ai été ravie de recevoir, et ce en avant-première, le nouveau roman de Ruta Sepetys : Le sel de nos larmes (sorti le 16 juin) ! Je me suis donc lancée dans la lecture de ce roman historique après avoir terminé Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne, un autre roman historique, bien que ce ne soit pas mon genre littéraire ! Si le livre de Boyne a été une belle découverte livresque, celui de Sepetys est un coup de coeur  ❤ ! Les romans historiques seraient-ils, finalement, faits pour moi ? Allez donc savoir  😉 !

Avec Le sel de nos larmes, Ruta Sepety « lève le voile sur la plus grande tragédie maritime de tous les temps » : le naufrage du Wilhelm Gustloff navire torpillé par un sous-marin soviétique le 30 janvier 1945, en pleine Seconde Guerre mondiale ! Ce roman, richement documenté (en effet, Ruta Sepetys a fait un très beau travail de recherche), m’a permis d’être enfin informée de cette terrible catastrophe qui a fait nettement plus de morts que le tristement célèbre naufrage du Titanic en 1912  😦 !

Le sel de nos larmes est un roman où se côtoient quatre narrateurs : Joana, Florian, Emilia et Alfred ! Chacun né dans un pays différents… mais ayant le même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff pour tenter de fuir cette guerre qui leur a tout pris ! Ces quatre adolescents, qui vont s’unir par la force des choses, vont vivre un périple très difficile, frôlant la mort à plusieurs reprises !

Comment ne pas s’attacher à Joana, Emilia et Florian ? Et surtout, comment ne pas s’attendrir pour Klaus, Le Petit Garçon Perdu ? Le sel de nos larmes est riche en personnages secondaires : je pense notamment à Ingrid, au Poète Cordonnier et à Eva ! C’est un réel plaisir de suivre ce petit groupe tout au long de ces 496 pages qui se tournent avec grand plaisir  🙂 ! Mais Le sel de nos larmes, c’est aussi Alfred, l’un des narrateurs, que j’ai trouvé détestable au plus haut point ! Grâce à tous ces personnages, ce livre nous fait passer par différentes émotions ! Car Le sel de nos larmes, c’est aussi : la peur, la mort, l’amour, l’amitié, la guerre, l’espoir… et tant d’autres choses !

Vous l’aurez compris, je vous recommande très fortement de lire ce nouveau roman de Ruta Sepetys ! C’est un petit bijou  🙂 ! Un beau coup de coeur  ❤ !


A lire du même auteur (mon avis en cliquant sur la couverture) :

Big easy


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Lynne MATSON, Pocket Jeunesse

Nil de Lynne Matson

Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Lynne MATSON / L’éditeur : Pocket Jeunesse / Le nombre de pages : 456 / Le prix : 17,90 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Comment s’échapper d’une île qui n’existe pas ? Charley se réveille sur une île somptueuse qui ne figure sur aucune carte. Elle y survit tant bien que mal avant de rencontrer Thad, le leader du clan des humains présents sur Nil. Il lui apprend la vérité, glaçante : pour quitter cet enfer paradisiaque, il faut trouver une des portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour. Une seule personne peut l’emprunter. Pire encore, les adolescents n’ont qu’un an pour s’échapper. Sinon, c’est la mort. Le compte à rebours à déjà commencé…


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Mais le pire, ce n’était pas le silence. C’était l’isolement. J’ai repensé à l’enfer. Ou au purgatoire. Ou à quelque chose d’autre, de probablement pire… et j’étais dedans. Pourtant, c’était le plus beau nulle part que j’aurais jamais pu imaginer. Les couchers de soleil étaient splendides : un feu brillant qui filait au-dessus de l’eau jusqu’à ce que le soleil s’abîme dans la mer. Les levers étaient tout aussi extraordinaires. »


Ce que j’en pense :

Je dois bien vous l’avouer, ce qui m’a de suite donné envie de découvrir Nil, c’est sa couverture 😉 ! Je suis dingue de cette couleur bleu qui tape à l’œil, de ces palmiers qui vendent du rêve et de cette phrase d’accroche qui laisse présager une histoire palpitante  🙂 ! Comment aurais-je pu y résister ? J’ai ensuite lu, bien évidemment, le résumé et j’ai eu confirmation : il me fallait ce livre à tout prix ! Je l’ai eu, je l’ai lu… et l’ai adoré  🙂 !

Le premier chapitre porte sur Charley, une ado qui se retrouve, du jour au lendemain, sur Nil, une île paradisiaque dont le seul soucis est de ne pas exister ! Après y avoir passé quelques jours, seule, à errer et tenter de survivre, elle tombe sur Thad et Jason, deux adolescents dans la même galère qu’elle ! Ils lui font découvrir la Cité de Nil, où elle vivra désormais et où plusieurs autres ados s’activent ! Thad, le leader de ce groupe de « survivants », lui fait alors une révélation terrifiante : Charley n’a qu’un an pour tenter de trouver une porte lui permettant de fuir cette île ! Si elle n’y parvient pas, c’est la mort assurée !

Commence alors pour Charley une terrible course contre la montre… qui m’a tenu en haleine du début à la fin ! Bien que n’ayant pas particulièrement beaucoup d’action, Nil est une histoire pleine de suspense ! Nous suivons le décompte des jours restants à Thad et Charley avec beaucoup de tension !

Nil, c’est aussi une pléiade de personnages plus plaisants et attachants les uns que les autres 😉 ! Je pense notamment à Natalie, Li et Talla, trois jeunes femmes aux tempéraments plus que différents ! Et que dire de Thad ? Thad, c’est le beau gosse qui fait rêver, le mec qui prend les choses en mains… Comment ne pas succomber ?

Vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment sur Nil  🙂 ! J’ai apprécié découvrir cette histoire que je trouve très originale et sortant de l’ordinaire ! Nil est un coup de cœur  ❤ !


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, John BOYNE, Service Presse

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 9 juin 2016

L’auteur : John BOYNE / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 264 / Le prix : 13 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Il y a près de dix ans, John Boyne écrivait son premier et inoubliable récit pour la jeunesse : l’histoire d’un enfant vivant à l’ombre du régime nazi, Le garçon en pyjama rayé. Un roman bouleversant vendu à plus de 190 000 exemplaires en France, désormais un classique incontournable. Cette année, rencontrez un autre garçon au destin bien différent, mais tout aussi troublant : Le garçon au sommet de la montagne.

A l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Pierrot mène une vie insouciante et heureuse à Paris. Devenu orphelin, il rejoint sa tante, en Allemagne, dans une maison en haut de la montagne. Sauf qu’il ne s’agit pas d’une maison ordinaire. C’est le Berghof, la résidence secondaire d’Hitler. Pierrot va découvrir un nouveau monde, fascinant et monstrueux.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Il ne pensait plus à maman autant qu’autrefois, même si son père lui apparaissait parfois en rêve, en uniforme et souvent un fusil à l’épaule. Il ne répondait plus aussi régulièrement à Anshel qui signait désormais toutes ses lettres du signe du renard – comme le lui avait suggéré Pierrot – au lieu de son nom. Chaque jour qui passait sans répondre à son ami lui donnait le sentiment coupable de le laisser tomber, mais en lisant les lettres d’Anshel et en entendant les nouvelles de Paris qui lui parvenaient, il s’aperçut qu’il était tout simplement incapble de trouver quoi lui répondre. »


Ce que j’en pense :

Le garçon au sommet de la montagne est un roman « historique » pour adolescents ! Bien que n’étant pas spécialement attirée par ce genre littéraire, je dois vous avouer que j’ai passé un très bon moment en compagnie de Pierrot, ce petit garçon que la vie n’a pas épargné !

Ayant perdu ses parents, Pierrot se retrouve contraint de séjourner quelques temps dans un orphelinat d’Orléans ! Il finit tout de même par partir vivre en Allemagne, chez sa tante Beatrix qu’il ne connaît pas encore, gouvernante au Berghof, la résidence secondaire du terrible Adolf Hitler !

A son arrivée au sommet de la montagne, où se trouve cette résidence, Pierrot est un enfant des plus banals ! Gentil et calme, il s’intègre assez facilement au Berghof ! Puis, petit à petit, et surtout à cause de cette « proximité » qu’il partage désormais avec le Führer, Pierrot change et devient de plus en plus dur ! Il n’a plus aucune pitié, s’isole et perd le peu de personnes ayant vraiment de l’intérêt pour lui !

Le garçon au sommet de la montagne est un livre très bien écrit et, bien qu’abordant un sujet douloureux, très plaisant à lire  🙂 ! J’ai été embarqué dans cette histoire du début à la fin ! J’ai même fais, tout au long de ma lecture, différentes recherches sur le net pour en savoir davantage sur les nombreux personnages qui apparaissent au fil des pages !

Cette lecture m’a permis d’apprendre énormément de choses sur cette période qu’a été la Seconde Guerre mondiale ! Je ne peux que vous la recommander ! C’est une très belle découverte  🙂 !!!


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chroniques, Gallimard Jeunesse, Nat LUURTSEMA, Service Presse

Moi et les Aquaboys de Nat Luurtsema

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Pour que vous en sachiez plus :

Parution : le 26 mai 2016

L’auteur : Nat LUURTSEMA / L’éditeur : Gallimard Jeunesse / Le nombre de pages : 313 / Le prix : 15,50 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

L’avenir de Lou Brown, quinze ans, est tout tracé. Elle suit depuis toute petite un entraînement de natation intensif, avec sa meilleure amie, Hannah. Et ce quatre cents mètres quatre nages va leur permettre de se qualifier pour les Jeux olympiques. Mais Lou rate sa course tandis que Hannah, elle, est sélectionnée. Lou fait sa première rentrée seule dans un lycée où elle ne connaît personne. L’adolescente trop grande, gauche et timide hors de l’eau affronte sa nouvelle vie avec autant de courage que d’humour. Un jour, elle retourne à la piscine. Trois garçons du lycée lui proposent un défi complètement fou… 

Un récit drôle, émouvant, touchant et humain… Nat Luurtsema trouve le ton juste pour nous faire partager les espoirs et le désarroi d’une adolescente d’aujourd’hui.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Mon équipe est tellement fière de moi qu’ils dépensent un billet de dix livres à la station-service la plus proche pour m’asperger de chips. Une heure plus tard, toutes les chips ont été mangées et mes cheveux sont salés, mais je suis heureuse. Cette audition va peut-être réellement avoir lieu. »


Ce que j’en pense :

Louise Brown n’a qu’une seule passion : la natation ! Son but : intégrer un camp d’entraînement intensif qui lui permettra de faire partie de l’équipe nationale… et donc de tenter sa chance aux Jeux olympiques  🙂 ! Alors que sa meilleure amie, Hannah, réussit son épreuve de sélection, Louise échoue à la sienne et se retrouve contrainte d’affronter toute seule ce lycée où elle n’a pas vraiment d’ami ! Après quelques jours plutôt difficiles, elle finit par se trouver un nouveau but à atteindre… un but pour le moins inattendu  😉 !

Dans ce livre, nous faisons donc connaissance avec Louise, surnommée Lou, une jeune fille attachante et très drôle ! J’ai vraiment pris plaisir à la suivre tout au long de son incroyable aventure avec les Aquaboys ! Je ne peux malheureusement vous en dire plus sur ces Aquaboys  😦 ! Je vous laisse le soin de découvrir qui ils sont et surtout… ce qu’ils font  😉 !!!

D’autres personnages apportent beaucoup à l’histoire ! Je pense notamment au papa de Lou, un papa au grand cœur mais un brin loufoque  🙂 !

Moi et les Aquaboys aborde différents thèmes qui parlent à tous : le mal-être au lycée, la pression parentale, le premier émoi amoureux, la famille « décomposée », le chômage ainsi que la téléréalité (petit indice à propos des Aquaboys) !

Moi et les Aquaboys est un livre frais, pétillant, drôle et plein de vie  🙂 ! Une lecture parfaite pour l’été qui s’annonce  😉 !


3008286267_1_278_LHZzXLmFMerci à Gallimard Jeunesse pour cette découverte


Littérairement vôtre

Stéphanie

Publié dans Chris COLFER, Chroniques, Michel Lafon, Roman

Le Pays des contes (Tome 1) : Le Sortilège perdu de Chris Colfer

Commande Showroomprivé ! Lecture terminée ! Mon avis arrive au plus vite !

Pour que vous en sachiez plus :

L’auteur : Chris COLFER / L’éditeur : Michel Lafon / Le nombre de pages : 414 / Le prix : 16,95 €


Ce qu’en dis la quatrième de couverture :

Il était une fois, dans une ville parfaitement ordinaire, des jumeaux prénommés Alex et Conner… Le jour où leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le Pays des contes, leur vie plutôt morose change du tout au tout. Et pour cause ! Ce grimoire se révèle magique et les transporte dans un univers où les contes sont devenus réalité. Sauf que ce monde est beaucoup moins merveilleux que celui des belles histoires qu’ils ont lues. Boucle d’or est une criminelle recherchée, Blanche-Neige dissimule un lourd secret, et le Petit Chaperon rouge n’a même plus peur du loup. Pour rentrer chez eux, Alex et Conner n’ont qu’un seul moyen : rassembler huit objets magiques comme la pantoufle de Cendrillon ou encore des cheveux de Raiponce, tout en tentant d’éviter les foudres de la Méchante Reine. Car cette dernière semble avoir un plan machiavélique qui pourrait bien piéger les jumeaux dans cette étrange contrée. A tout jamais.


L’extrait qui peut vous faire envie :

« Avant de pouvoir réagir, les jumeaux se virent escortés dans le palais. Ils avaient perdu le contrôle de la situation. Ce garde savait-il qu’ils mentaient et allait-il les emmener directement jusqu’au donjon ? Ou allaient-ils réellement rencontrer un couple qui n’était évidemment pas leurs parents ? »


Ce que j’en pense :

Ce premier tome du Pays des contes me faisait de l’œil depuis un certain temps (la couverture y était pour beaucoup… tant elle est splendide) ! Écrit par Chris Colfer (le célèbre Kurt dans la série Glee), Le Sortilège perdu m’a fait passer un excellent moment ! Côtoyer Cendrillon, Raiponce, Blanche-Neige et les autres princesses ayant bercé mon enfance a été un vrai plaisir  🙂 !

Dans ces pages, nous faisons connaissance avec Alex et Conner, deux jumeaux que la vie n’a malheureusement pas épargné ! En tombant entre les pages d’un vieux livre de contes offert par leur grand-mère paternel, ils se retrouvent transportés dans un autre monde, un monde où les contes deviennent réalité  😉 ! Ils vont alors y vivre une aventure incroyable, ponctuée de rencontres plus étonnantes les unes que les autres ! Étonnantes, oui… mais aussi effrayantes ! Ils vont devoir faire preuve de beaucoup de sang-froid et d’ingéniosité pour mener à bien la quête, pas si simple que ça, qui leur permettra de rentrer chez eux !

Cette quête fait du Sortilège perdu une histoire palpitante qui plaira aux petits comme aux grands  🙂 ! Avec la Méchante Reine, frissons garantis ! Avec Boucle d’or, pas de répit  😉 ! Cette histoire m’a vraiment tenu en haleine du début à la fin !

Un premier tome qui m’a fait rêver d’un monde enchanté, d’un monde de princes (charmants si possible) et de princesses  🙂 ! Que demander de plus  😉 ? Je conseille fortement ce Pays des contes pour qui rêve d’évasion  🙂 !


Littérairement vôtre

Stéphanie